Pygmées BabOngO de l'OgOOué IvindO

Des BAkA

Construction d'un pont de liane sur un nid de crocos

http://www.youtube.com/watch?v=PYvaA0Lz70A&feature=related

 Les Pygmées BabOngO furent les premiers habitants du mont MikOngO, d'où le nom du village et du canton de  MikOngO. Cette petite montagne émerge des brumes après l'aube, quand les nuages la libère enfin et un peu comme s'ils voulaient la garder pour eux avant de se résigner face au soleil qui revient faire la lumière sur cette affaire.

Les BabOngO ont tissé des liens familiaux avec les autres habitants, Akélé, Okanda, Mitsogho, Simba..., les connaissances et les pratiques ont pu s'échanger dans de nombreux domaines ; chasse, soins aux malades, pêche, agriculture, travail sur les chantiers forêstiers, pratiques spirituelles de la Coutume Ancêstrale.

Ils jouissent d'une indépendance plus grande que les pygmées du nord assujétis aux tractations des autres peuples qui tournent, semble-t-il, le plus souvent à leur défaveur. A la base de ce problème se trouvent probablement des incompréhensions,des intolérances et du manque d'attention envers ce peuple unique.

La technologie au service des arbres sacrés et nourriciers des Pygmées du COngO

http://vivrefemme.net/Les-pygmees-du-Congo-se-servent-des-PC-portables-et-GPS_a1722.html

 

MikOngO est le lieu idéal de ressourcement, pour se poser et se retrouver soi-même en lâchant au passage les poids dont on se charge parfois. C'est l'endroit où l'on peut rencontrer des êtres inconnus qui nous paraîssent si familiers, ils sont aussi passionnants, curieux et nous interpèlent dans la différence, nous aident à relativiser et à mettre quelques certitudes acquises en question, comme lorsque nous rencontrons des Humains authentiques. Ceux-ci sont parmi les plus vieux habitants de notre planète, ils sont nos Grand-Pères, notre mémoire et devront faire partie de notre futur.

Si cela n'est pas le cas nous nous consolerons avec nos monuments classés au patrimoine de l'Humanité, ils combleront la place laissée vide par les peuples non classés à ce fameux patrimoine. Pourquoi ne pas y classer en priorité nos frères humains à ce patrimoine avant d'y classer la pierre et les constructions? Où est le problème? L' initiative que l'unesco semble vouloir entreprendre consiste à envoyer les pygmées à l'école. Les a-t-on seulement consultés? 

Peuvent-ils se faire à la vie citadine, peuvent-ils s'éloigner de leur forêt et que veulent-ils faire de leur avenir? A quand des BabOngO cosmonautes, livreurs de pizzas ou opérateurs télémarketing? Nous voyons aujourd'hui comment certains occidentaux s'occupent bien de leur cognitif, de la nature et en comprennent le sens. Ils devraient bien surveiller les espèces qu'ils se chargent d'anéantir et tant que leur compréhension des choses naturelles, donc d'eux-mêmes, n'aura pas évolué, qu'ils se gardent bien d'intervenir en dehors de leurs frontières, de donner des leçons de savoir consommer et surtout d'expliquer aux peuples dans quel camp la morale se trouve!

De même pour quelle bonne raison le dg japonnais de l'Unesco avait-il été élu déjà? Son expertise? Certains organismes internationnaux sont composés de personnels très compétents, pourquoi et comment un néophyte peut-il ramasser les suffrages, occuper un poste décisionnaire stratégique sans être à la hauteur? En tout cas ça nous fait bien rire de les voir tenter d'organiser l'inorganisable...!!!

Pour mémo, un des premiers contacts avec les Pygmées. Ce film dure plus longtemps, dans cette version la distribution générale de whisky a été sautée. Les fait-on boire pour leur plaisir, ou y a-t-il eu déjà un calcul visant à faire de bonnes images à rapporter et surtout de bonnes images à vendre ! 

http://fr.youtube.com/watch?v=60004FZ2bes&feature=related

 

Puisse un jour quelqu'un se pencher sur une communication d'envergure nationale au sujet des premiers habitants de la forêt et puisse-t-il aussi rester penché, tant qu'il est baissé, sur la tolérance envers les Pygmées et leurs chances d'intégration, à l'école et au système en général. Et puis se soucier de l'avis des personnes concernées semble un minimum avant de décider de loin pour eux.

Les fantaisies de certains personnels de bureau en Occident se heurtent ici à la réalité du terrain car on sait déjà que l'interêt de la plupart des pygmées est de rester protégés par leur environnement, entre eux et que l'expérience du mélange avec les bantous n'est pas probante partout du fait des abus et des moqueries de certains grands noirs qui ne brillent pas toujours par leurs dons de tolérance, d'altruisme et pour finir d'intelligence envers ceux qu'ils peuvent se permettre de toiser physiquement.

Pour le reste il se pourrait que ces indélicats expérimentent un jour, à leurs dépends, que les apparences peuvent être trompeuses et que leur civilisation, ainsi que toutes les autres, ressentirait un cruel manque si les peuples premiers venaient à disparaître ou seulement se réduire du fait de mauvais traîtements et de la non reconnaissance qu'on leur affiche.
Votre contact pygmée au Gabon, Papa Pascal, vous donnera tous les conseils pour réussir votre visite. Il est souvent à Libreville, le reste du temps lors des déplacements les contacts sont plus aléatoires.

Janvier,interprête de PaPa PaSCaL  00 241 07 51 37 88

 

Voici de l'anglais mais c'est très lisible

http://www.unesco-pygmee.org/res/jk/assim.php

   

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site